Soirée avec les Jazz Makers

Soirée avec Duo Eric et Lucky

Champagne !!!

BIENVENIDA !!!

Voilà le premier mot de ma nourrice espagnole à ma naissance en me portant aux cieux ! Je pense avoir relayé ce message toute ma vie…

Je naquis donc le 21 octobre 1963 à Paris. Mes parents sont respectivement d'une classe naturelle mais dans un milieu professionnel incertain… La musique est déjà très présente chez eux : ma grand-mère (maternelle) est prix de conservatoire de Paris au violon, ma grande tante (paternelle) obtient un illustre prix (Alfred Corton je crois) au piano.

Mon père reste, en cachette, très passionné de jazz et se rend souvent aux fameuses "Caves de Saint Germain" pour "jammer " avec d'autres musiciens. Ma mère, quant à elle , a vécu jusqu'à l’âge de quinze ans aux îles Trinidad et nous parle de calypso, de béguine, mais s'intéresse beaucoup aux chanteuses de jazz, et entre autre, au jazz moderne. Mon immense chance a été d'avoir cette culture, cette écoute, ces discussions, partant de la musique classique jusqu'au jazz.

Mais, étant un enfant assez pudique et sauvage, je me retrouve un peu agacé par ce spectacle permanent que nous donnons chaque jour aux autres. Nous sommes musiciens, il faut travailler, que peux-tu nous jouer ? ... Je refuse donc (quel idiot !), jeune (de 5 à 15 ans), de me lancer dans l'étude sérieuse d'un instrument, voyant que mes frère et sœur travaillent le piano, et excellent déjà dans la pratique de cet instrument. Mes parents désespèrent mais mon père, pianiste, joue un peu de guitare pour s'amuser. C'est le déclic, "Bienvenida la guitara !"

Mon étude démarrera donc chaotiquement, à l’âge de 15 ans, en autodidacte avec les amis de ma classe au collège. A cette période, des groupes comme Status Quo, Rush, Deep Purple et autre hard rocker sont la passion des jeunes.Je travaille donc tous les riffs de ces groupes et commence à me faire un "nom" auprès de mes copains qui voient que j'ai des facilités et que je suis évidemment passionné par la musique.

Là, commencent les premiers groupes, (groupe appelé SEXTINCTEUR !) et les premiers concerts ! Je continue simultanément mes études avec la guitare en bandoulière, jusqu'au baccalauréat que je fuis deux mois avant (quel idiot !), pour rejoindre un groupe orchestre qui changera ma vie : "CARRE NOIR". Ce fut quatre années de concerts riches en émotions à chaque fois.

Nous sommes dans les années 80, et l'évolution en rock variété est énorme. Des groupes comme Police, Dire Straits, AC/DC , Van Halen pour le rock mais aussi, Georges Benson, Pat Metheny, Earth Wind and Fire , Kool and the Gang et bien sûr bien d'autres sont là coté jazz et funk (sans compter la variété française qui n'avait pas que du mauvais). C’est à cette époque que je me suis mis à prendre des responsabilités sur scène et à travailler mon instrument le plus possible.

Un jour, arrivant à une répétition, mes amis jouaient déjà une rythmique (basse, batterie, guitare). Je me branche et essaye d'improviser un solo dessus. Mes amis se foutent de moi et me disent : "Tu ne connais pas ce nouveau disque ! Ce groupe s'appelle "Dire Straits" et tu es loin du niveau pour jouer ça pour l'instant !". Je suis parti vexé quand même, mais pas vaincu. C'est alors que mon petit frère me dit : «Attends, on va relever chaque trait de solo, un par un, je m'occupe du disque vinyle sur la platine et toi tu relèves d'oreille ». La semaine suivante, je me retrouvais avec mes amis, mes papiers devant moi avec des prénoms de filles inscrits (c'étaient mes points de repères, chaque petite mélodie avait un prénom de fille ?) et je jouais pour la première fois ce morceau « Sultans of swing » qui allait me coller à la peau toute ma vie. Ce premier groupe sérieux se sépara en 1984 je crois et ce fut un choc quand même, une belle aventure s'arrêtait.

Quelques années passèrent sans que j'arrive à trouver vraiment ma voie dans la musique. Après de multiples essais non concluants, je finis par rejoindre un orchestre avec des amis des hauts cantons de l’Hérault. Ce fut des années de reconstruction, je me mariais, et les enfants naissaient aussi. La musique était sympa avec mes potes, mais nous n'arrivions pas à gagner notre vie suffisamment.

Le déclic de changer de vie me vint un jour, en animant un repas d'amis par hasard avec ma guitare acoustique. Je me suis aperçu que j'avais animé trois heures dans la joie ! J'ai donc monté un duo avec un ami saxophoniste ! Il fallait avoir la foi ! mais c'était super, on jouait de tout notre cœur ! Par la suite, nous avons engagé en renfort un ami au clavier et au chant qui allait compter beaucoup dans ma vie de musicien : mon ami Lucky. Le trio s'est transformé en duo (départ du saxophoniste) en 1991 et depuis, nous ne nous sommes plus quittés. Que de contrats ! Des milliers de tout genre ! Entre autre, en début d'année 2000, nous partîmes en croisière dans les Caraïbes pour deux mois inoubliables !

Ce duo, nommé "Eric et Lucky" ou "Rico et Lucky" m'a permis de vivre, jouer presque toutes les musiques et d'être plus proche des gens pour qui je joue. Un trésor de joie, de bonne humeur, de partage de musique. Néanmoins, l'animation ne me suffisait pas, aussi ai-je fait beaucoup d'autres expériences musicales. Cinq ans avec une création « Rock médiéval » avec « Les hérétiques chantent la Croisade Albigeoise», souvenir merveilleux et un CD qui en est le témoignage.

Un spécial Brel acoustique avec mon ami, merveilleux interprète : Antoine GARRIDO. Un spécial Reggiani avec la même équipe, puis un spécial « Brel, Reggiani, Ferré » aujourd'hui. De merveilleux spectacles à chaque fois, en acoustique, et avec entre autre mon frère Marc au piano. Un trio de groove improvisé depuis 3 ans composé de Marc, mon frère, au piano, mon ami et frère d'adoption Alain JEAN à la batterie et moi à la guitare et basse ! Que du bonheur ! Les « Jazz Makers » : groupe fondé par mes parents dans lequel je participe au chant et à la guitare. Exercice de style pour moi à chaque fois !

Sur le tard en effet (2003, il me semble), je me suis lancé dans des études de jazz au conservatoire, qui m'ont apportées énormément, et m'en apportent toujours ! (j’ai même reçu mon diplôme de fin d'étude ! Seul diplôme de ma vie, quelle joie !). Mes influences guitaristiques sont donc de styles très divers. Cela m'a permis de jouer avec mon père, dont c'est la spécialité au piano, ainsi que ma sœur (pianiste) en organisant des soirées jazz swing très chaleureuses !

Aujourd'hui donc, je suis heureux d'avoir une famille géniale, de parcourir les routes, de partager mon jeu de guitare avec beaucoup de gens, de jouer avec mon épouse (à la basse) de temps en temps et d'avoir tous ces amis géniaux !

Bienvenida !!

Eric Bois ou Rico, Ricos, Ricou le bou, Néné,...

Haut de Page